Blog de réflexion politique pour un sursaut et redressement national

Catégorie : Europe

Le drapeau européen : le symbole des racines chrétiennes de notre civilisation

Après la polémique sur la seule présence du drapeau européen sous l’Arc de triomphe, et l’ardeur des progressistes du camp Macron à le défendre, il est bon de leur rappeler son origine. Elle est probablement à l’opposé de leurs valeurs ce qui rend d’autant plus nécessaire ce rappel historique !

Nous sommes en 1950 et le Conseil de l’Europe cherche selon ses propres termes un symbole pour représenter « les valeurs spirituelles et morales qui sont le patrimoine commun des peuples qui le composent ». Plusieurs projets se confrontent, le processus d’adoption se réalise progressivement.

Cinq ans plus tard, c’est donc le drapeau actuel bleu saphir avec sa couronne de douze étoiles dorées qui est adopté. Il fut proposé par un certain Arsène Heitz, modeste fonctionnaire au service courrier du Conseil de l’Europe mais aussi artiste peintre amateur, et peut être surtout fervent catholique. Il est reconnu comme le principal auteur de notre drapeau européen bien que ce soit un processus progressif de discussions qui a permis de faire évoluer les différents projets vers celui retenu.

L’inspiration du drapeau fait polémique, notamment depuis que Monsieur Mélenchon demande sa suppression à l’Assemblée Nationale, et le texte officiel ne fait absolument pas référence à une inspiration religieuse. Monsieur Mélenchon est étonnamment le seul à reconnaître l’inspiration chrétienne du drapeau européen dans le paysage politique français. Mais il a raison car le créateur du drapeau lui-même se disait « très fier que le drapeau de l’Europe soit celui de Notre-Dame » dans un article de la revue belge Magnificat en 1987. Son épouse veuve confirma ces propos et précisa que cette inspiration ne pouvait être publiquement avouée en raison de la présence d’autres religions sur le continent.

Arsène Heitz était par ailleurs membre de de l’Ordre de la médaille miraculeuse. La couronne d’étoiles est une référence à ce passage de l’Apocalypse de Saint Jean : « Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme ! le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête ». Précisons que le Conseil de l’Europe de l’époque comptait 15 membres, et que le choix des 12 étoiles et non pas de 15 est délibéré.Quant au bleu, il s’agit de la couleur du ciel représenté dans les Ecritures par le saphir, qui est aussi une couleur mariale. Le manteau de la Sainte Vierge est très souvent de cette couleur.

Enfin, le drapeau a été adopté le 8 décembre 1955, fête de l’Immaculée Conception. Ultime signe de cette inspiration mariale.

Alors pourquoi chercher à masquer nos racines chrétiennes et l’inspiration de ce drapeau européen ?

Depuis la conversion de l’Empire Romain au christianisme sous Constantin, les racines de l’Europe sont évidemment chrétiennes. Dans tous nos paysages, nos villes et musées d’Europe, nos racines se rappellent à nous avec des traits communs étonnants. Il suffit de voyager et de voir les églises, monastères, calvaires, œuvres d’arts ou livres abondants témoins de ces racines. Les conversions de nos rois comme Clovis en France ont permis la création de nations et d’Etat indissociables de leur source chrétienne. L’essor incroyable des ordres de saint Benoît ou de saint Bernard créèrent des liens multiples au-delà de nos frontières, par leur présence et leur rayonnement jusqu’au fond des vallons les plus reculés. Les artistes européens de tous les pays se sont inspirés de cette religion chrétienne pour développer depuis le moyen-âge des formes d’arts sublimes.

Il est temps que les hommes politiques européens et Français reconnaissent enfin les racines chrétiennes de l’Europe et de la France. Les renier, c’est aussi renier notre culture et notre art de vivre. En acceptant enfin de reconnaître ces racines, ils pourraient construire une vision commune qui s’appuie sur notre grande et belle civilisation, et non plus sombrer dans la technocratie froide, déracinée, déconnectée des peuples qui la composent et qui ont pourtant tant en commun.

Brexit: qu’en dit François Fillon?

brexitLe vote populaire a démenti les sondages, les Anglais ont décidés de sortir de l’Europe. Depuis l’annonce des résultats, nous découvrons chaque jour les enjeux et les implications de ce choix.

Tous les hommes politiques prennent position sur le sujet et François Fillon fait encore une fois preuve d’une grande lucidité. Il porte un discours extrêmement pragmatique et orienté vers l’action. Il a eu l’occasion de s’exprimer à plusieurs reprises sur le sujet, autour d’une vision d’une Europe des Nations.

Il y a maintenant urgence à changer l’organisation de l’Union européenne. Le rôle des Nations doit être affirmé car l’Europe n’est pas un Etat fédéral. François Fillon

Mardi 28 juin, François Fillon a pris la parole à l’Assemblée Nationale pendant 10 minutes et a reçu une standing ovation pour ce discours juste et clair, qui pose les bases de la nécessaire rénovation de la maison Europe.

Nous vous invitons également à écouter son intervention sur Europe 1 du dimanche 26 juin qui vous permettra de découvrir l’ensemble de son analyse et de ses propositions. Ci-dessous les liens vers ses récentes prises de parole au sujet du Brexit et de ses propositions pour l’Europe.

Pour découvrir la totalité des réactions de François Fillon au sujet du Brexit, nous vous recommandons les liens suivants :

Tribune de François Fillon dans Le Monde : « La réforme de l’Europe est une obligation vitale »

Le Brexit : un coup de tonnerre pour l’Union européenne

Enfin, nous vous invitons aussi à revoir sa prise du parole du 9 mai, à l’occasion de la journée de l’Europe:

9 mai : journée de l’Europe

 

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén